Gérer votre argent

La « peur de manquer quelque chose » : le coût financier et les façons de s’en sortir

Des moyens pratiques d’éviter de trop dépenser par peur de manquer quelque chose

Si vous êtes un fanatique des réseaux sociaux, peut-être êtes-vous atteint de la « peur de manquer quelque chose ». C’est l’équivalent de la pression amenant parfois les gens à vouloir la même chose que le voisin, mais transposée au monde virtuel. Une tendance à rivaliser avec ses amis ou connaissances pour des réalisations matérielles.

Attention : Si vous faites partie de la génération Y (et êtes donc âgé de 25 à 34 ans), vous pourriez être particulièrement enclin à cette peur. Selon une étude récente, 26 pour cent des Canadiens admettaient l’éprouver. Parmi ceux-ci, 48 pour cent faisaient partie de la génération Y*. La bonne nouvelle : Il existe des moyens pratiques d’amadouer cette peur.

En plus de la pression psychosociale d’évaluer votre vie en fonction des fils d’actualités de vos amis, la peur de manquer quelque chose peut avoir pour conséquence de vous faire dépenser beaucoup. En voici les raisons :

Vouloir faire étalage de son succès :

Votre amie publie des photos époustouflantes de sa dernière croisière sur la mer Méditerranée, une connaissance affiche une vidéo d’une dégustation de vin dans la vallée de Napa et votre cousin met sur Instagram des photos du lancement du livre de votre vedette préférée. Peu importe qui fait partie de votre cercle d’amis dans les réseaux sociaux, quelqu’un semblera toujours avoir une vie plus intéressante que la vôtre. Sans limites physiques, l’espace virtuel devient une scène aux possibilités infinies où faire étalage de son succès matériel, vous tentant du même coup à vous gâter vous aussi.

Avoir le sentiment de ne pas être à la hauteur :

Vous savez que la page Facebook de vos amis ne représente pas leur vraie vie, du moins pas la totalité de leur vie. Les gens publient de façon sélective, en faisant souvent ressortir le meilleur de leur existence. Or même en connaissant ce principe, il est facile de se laisser impressionner par les divers styles de vie projetés par ses connaissances sur les médias sociaux. Vous pourriez ne pas vous sentir à la hauteur, non sur la base de faits concrets, mais plutôt sur la perception que vous avez du bonheur des autres. De là à passer aux actes et à dépenser pour vous offrir des biens ou des expériences à étaler à votre tour sur votre propre vitrine dans les réseaux sociaux, il n’y a qu’un pas. Voyez-vous en quoi cela forme un cycle?

Préférer les objets aux gens :

Plus vous restez fixé devant votre tablette ou votre téléphone, plus vous vous exposez à de nouveaux objets rutilants à convoiter, qu’il s’agisse des vêtements griffés ou bijoux que porte votre amie, du luxueux voyage à Hawaï qui a ravi votre collègue ou des photos tentantes de repas gastronomiques sans cesse publiées par cet autre ami. Les gens en viennent à céder le pas aux biens matériels dans votre vie, et la « thérapie du magasinage » devient une habitude. Les perdants dans cette situation? Votre portefeuille et vos relations.

Les notifications instantanées et les alertes peuvent alimenter notre peur de manquer quelque chose et mener à des achats impulsifs. Beaucoup, voire la plupart, de ces achats ne sont ni planifiés ni comptabilisés et peuvent avec le temps représenter beaucoup d’argent, que vous auriez pu faire fructifier dans des placements.

Si vous croyez être atteint de la peur de manquer quelque chose, essayez de suivre les conseils suivants :

1. Dressez votre budget et respectez-le :

Consacrez une partie de votre budget aux dépenses frivoles, motivées ou non par la peur de manquer quelque chose. Le fait d’être conscient de ce que vous avez le droit de dépenser vous aidera à vous montrer plus réaliste et à moins solliciter votre portefeuille.

2. Tentez de vous limiter au comptant :

Laissez vos cartes à la maison. Chaque fois que vous payez comptant, vous êtes tenu de dépenser selon vos moyens plutôt que d’être tenté de faire des dépenses excessives.

Beaucoup, voire la plupart, des achats qu’entraîne la peur de manquer quelque chose ne sont pas planifiés et peuvent avec le temps représenter beaucoup d’argent, que vous auriez pu faire fructifier dans des placements.

3. Planifiez vos divertissements :

En sachant quand vous irez au cinéma avec vos amis ou au restaurant avec votre conjoint, vous évitez que vos dépenses soient laissées au hasard. Vous êtes alors à même de mieux planifier et de prévoir le bon montant à consacrer à chaque dépense prévue.

4. Tentez de vous « débrancher » de temps à autre :

Si votre peur de manquer quelque chose est très forte, essayez de tout bonnement éviter le tourbillon des réseaux sociaux pendant un certain temps. Vous pourriez décider de faire chaque semaine un « jeûne » de médias sociaux, de désactiver votre compte Facebook pour un temps, d’éteindre votre téléphone une heure ou deux chaque jour ou encore de vous servir d’outils de blocage pour restreindre votre accès à des réseaux sociaux en particulier. Vous pourriez être surpris de constater que vous pouvez utiliser le temps ainsi dégagé de manière productive et éviter des dépenses inutiles.

5. Choisissez vos petites folies :

Si collectionner les antiquités est votre péché mignon, mettez de côté un peu d’argent de votre budget à cette fin. Si vous aimez aller au restaurant, prévoyez de l’argent pour cela. Définir ainsi une ou deux passions pourrait vous aider à éviter que les manifestations de la peur de manquer quelque chose compromettent vos finances.

Au bout du compte, tout est une question de perspective et de réalisme. Assurez-vous que votre peur de manquer quelque chose ne découle pas d’un sentiment d’insatisfaction dans un autre aspect de votre vie. Si vous demeurez conscient de vos comportements d’achat et vous vous concentrez sur les choses non matérielles qui vous font du bien, cela pourrait vous aider à mener une vie satisfaisante sans vous ruiner.

Conseil en prime : Discutez avec un conseiller en sécurité financière pour apprendre comment vous pouvez faire fructifier l’argent que vous avez économisé grâce aux conseils ci-dessus.

*Source : Ratehub, The Cost of #FOMO, www.ratehub.ca/blog/the-cost-of-fomo-infographic, 6 juin 2016 (en anglais seulement).

Partager :

Les renseignements fournis reposent sur les lois, règles et règlements actuels régissant les résidents canadiens. À notre connaissance, les renseignements fournis sont exacts au moment de leur publication. Les règles et les interprétations peuvent changer, ce qui peut compromettre l’exactitude de l’information. Les renseignements fournis sont de nature générale et ne devraient pas remplacer les conseils qu’il convient d’obtenir lorsqu’une situation spécifique est examinée. Pour des questions particulières, vous devriez consulter un juriste, un comptable, un fiscaliste ou tout autre conseiller professionnel approprié.